Vous êtes ici : Les coulisses

Journée des femmes : 10 femmes super badass qu’on aime d’amour

« Badass » pour géniales, trop cool, audacieuses, culottées, pour des femmes qui n’ont pas peur de prendre trop de place. La journée des femmes sera l’occasion pour nous de nous motiver : rien de mieux que des modèles de “badasserie” pour nous rappeler qu’en nous faisant confiance, en nous écoutant, en croyant en nous même, on arrive à se dépasser.

1.Emma Gonzalez (vs les armes à feu)

Emma Gonzalez est une des rescapées de la tuerie de Parkland qui a eu lieu le 14 février dernier en Floride.

On imagine mal ce que ça fait d’aller au lycée dans un pays où les adolescents parviennent à se fournir des armes à feu, ce que ça fait de voir 17 de ses camarades de classes tués et une quinzaine hospitalisés. Du haut de ses 18 ans, Emma Gonzalez a pris la parole lors d’un rassemblement anti-armes  quelques jours après le drame : “Si le président veut venir me voir et me dire en face que c’était une tragédie terrible, que ça n’aurait jamais dû arriver et continuer à nous dire qu’on ne peut rien y faire, je lui demanderais avec plaisir combien il touche de la part de la NRA (lobby des armes américains)”. Elle nous fout les poils en quelques mots. (Et a aujourd’hui plus de followers sur Twitter que la NRA.)

“Ils disent qu’aucune loi n’aurait pu empêcher ces centaines de tragédies insensées. Nous répondons : “Conneries !”

2. Rose McGowan VS Le Monstre

Affaire Weinstein, chapitre 1. Rose McGowan, actrice que vous avez au moins croisée dans Charmed si vous n’avez pas vu Boulevard de la Mort, est la première à avoir accusé Harvey Weinstein de viol, d’abord sans le nommer. “Parce que c’est un secret de polichinel à Hollywood dans les médias et ils m’ont méprisée pendant qu’ils adulaient mon violeur #PourquoiLesFemmesNenParlentPas” pouvait-on lire directement sur son compte Twitter en octobre 2016. Ce mois-ci, l’actrice de 44 ans sort le livre “Debout”, dans lequel elle dénonce Hollywood en temps que système intrinsèquement corrompu, sexiste et violent.

3.Oprah Winfrey, Natalie Portman… et le mouvement Time’s Up Now

Les révélations autour de l’affaire Weinstein nous ont permis d’atteindre des sommets de badassery à travers le monde. Lors des Oscars, le tout Hollywood s’est habillé en noir sur le tapis rouge, venant annoncer que “Time’s up” : l’époque où on laissait faire des hommes qui abusent de leur pouvoir est terminée. Oprah Winfrey, présentatrice mythique aux US, a pris la parole, et l’Amérique l’imaginait déjà première femme présidente des Etats-Unis. Natalie Portman a elle révélé pourquoi elle cultivait une image d’intello, sérieuse, prude “afin que mon corps soit protégé et que l’on écoute ma voix”. On les écoute, ces voix puissantes, capables peut-être de faire évoluer les mentalités.

“I want all of the girls watching here now to know, that a new day is on the horizon.” #TIMESUP

Une publication partagée par #TIMESUP (@timesupnow) le

4. Simone Veil – pour apporter un peu d’oestrogène au Panthéon.

Elle sera la cinquième femme à être panthéonisée, en juillet prochain, entourée de 75 hommes. À son décès, l’an dernier, on vu et revu son discours devant l’assemblée nationale. “Je voudrais tout d’abord vous faire partager une conviction de femme. Je m’excuse de le faire devant cette Assemblée presque exclusivement composée d’hommes : aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l’avortement. Il suffit d’écouter les femmes.” On a fait plusieurs librairies pour en trouver une où son autobiographie n’était pas épuisée, et découvert toute la vie d’une femme qui a marqué le XXe siècle autant qu’il l’a marquée.

5. Adina Pintilie, première femme réalisatrice à recevoir l’Ours d’Or à Berlin

Pour mémo, la Palme d’Or cannoise a été remportée par une seule femme (Jane Campion) en 71 éditions. Dans l’histoire des Oscars, une seule femme réalisatrice a été oscarisée (Katherin Bigelow) et seulement cinq ont été nominées.

Adina Pintilie, 38 ans, a présenté son tout premier long métrage à la Berlinale 2018 et la voilà qui décroche illico l’Ours d’Or, plus grosse récompense du festival -jamais remportée par une femme. Il paraît que la critique râle parce qu’elle ne l’avait pas vue venir. Fiction qui emprunte au documentaire, son film, « Touch me not », explore les ressorts de la sexualité et du désir à travers la thérapie d’une Anglaise qui ne supporte pas l’intimité.

6.Sandra Muller, instigatrice du hashtag #balancetonporc

Certes, la justice ne se rend pas sur Twitter. Et de fait, à ce jour, la journaliste Sandra Muller est poursuivie en diffamation par l’homme qu’elle avait nommé dans ses tweets, Eric Brion. Pour autant, pour ce qui est de libérer la parole, on peut parler d’une initiative efficace. Les posts contenant le hashtag #balancetonporc ont été comptabilisés par l’agence de communication la Netscouade. 496 000 tweets dans les pays francophones, par 170 000 utilisateurs. Quelques mois plus tard, un rapport remis à la Secrétaire d’État à l’égalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa le 28 février préconisait de sanctionner à hauteur de 90€ “tout propos ou comportement ou pression à caractère sexiste ou sexuel”.

7. Ester Ledecka, médaillée d’or en ski et en snowboard aux J.O. 2018

Elle a décroché deux médailles d’or et pas mal de records au passage. Première femme snowboardeuse à gagner une médaille en ski alpin, première athlète à remporter deux médailles d’or dans deux sports différents aux JO d’hiver.

Ester Ledecka a 19 ans et son coach dit d’elle qu’elle est une des plus grandes athlètes vivantes. Pas le plus objectif, mais crédible. Grand pas pour la jeune sportive tchèque et petit pas pour toutes les sportives du monde : les femmes représentent seulement 7% des athlètes présentés dans les médias.

8. Maria Grazia Chiuri, un défilé Dior so badass

On pourra râler 107 ans sur le fait que  : “C’est surtout un argument marketing…”, que la mode, qui fait défiler des jeunes filles pas majeures en leur imposant des standards physiques digne de cintres n’est PAS une industrie qui se préoccupe beaucoup du bien-être des femmes. Il n’empêche, Maria Grazia Chiuri est la première femme à la tête de la maison Dior, et elle a tenu à faire de son récent défilé un hommage à mai 68 et au vent de liberté qu’il a fait soufflé sur le monde entier.  En particulier pour les femmes.

9. Marin Alsop, première femme cheffe d’orchestre à Vienne 

Il est des métiers extrêmement masculins, dans lesquels il n’est pas évident de se projeter en temps que femmes. Pilote d’avion, astronaute, cheffe de gouvernement, par exemple. Assez souvent il y est question de pouvoir et de fortes responsabilités. De sacrifice de sa vie personnelle et comme les femmes ont des enfants, bin, est-ce qu’elles peuvent vraiment gérer ça ? La réponse est qu’elles peuvent autant que les hommes si les responsabilités privées sont bien réparties mais là n’est pas la question. Marin Alsop, cheffe d’orchestre américaine de 61 ans s’est dite à la fois très honorée d’être la première femme à diriger l’orchestre symphonique de Vienne, mais dans le même temps « assez choquée que, de nos jours, il y ait encore des premières fois pour les femmes ».

10. Vous, nous… Toutes celles et ceux qui ont envie de faire évoluer les mentalités

On peut rendre hommage à ces femmes qui s’imposent dans un monde pas toujours friendly, on peut aussi se dire qu’on est toutes capables de défendre notre place, comme elles le font.