Vous êtes ici : Corps > Epilation

Peau douce : le point sur les méthodes

Chaque peau réagit différemment à l’épilation. Certaines peuvent picoter ou rougir sous l’effet de la cire, du rasoir, de l’épilateur… Birchbox vous aide à trouver la méthode la plus adaptée à votre épiderme et à votre rythme de vie.

La cire

Grand classique, la cire (chaude, tiède ou froide), disponible sous différentes formes (bandelettes ou en pot à appliquer à la spatule), demeure une valeur sûre. Peu coûteuse, elle assure une repousse lente. Une fois épilée, vous voilà tranquille pour deux à trois semaines ! Mais attention toutefois : la cire nécessite une certaine préparation donc du temps et peut entraîner l’apparition de petits boutons. Elle est parfaite pour une épilation des jambes et des aisselles, certaines zones du visage (il existe des cires spéciales) à faire chez vous si vous êtes experte (attention aux températures, à la quantité de produit appliquée et à votre dextérité) ou par une esthéticienne.

Le rasage

Cette méthode demeure la préférée des impatientes à l’affût du moindre poil. Mais attention : investissez dans un bon rasoir féminin et une mousse onctueuse ou d’un gel douche mousse qui peut combiner les usages tel que le Gel extra moussant, Rituals. Son avantage ? Rapide, efficace, peu chère et sans douleur. Toutefois, le rasage inclut une repousse très rapide et nécessite qu’on y revienne tous les deux jours pour une peau impeccable. De manière répétitive, cette méthode peut irriter la peau. Adaptée aux jambes et aisselles, elle s’accompagne impérativement d’une bonne hydratation de la peau, en utilisant la Crème fondante pour le corps, Rituals par exemple, pour éviter les irritations et les petites coupures.

La crème dépilatoire

Technique chère à nos mères, la crème dépilatoire a connu une baisse de succès à cause de son odeur désagréable. Par chance, les laboratoires ont progressé en soignant les parfums. La méthode ? La crème attaque la kératine qui constitue le poil et le dissout. Quelques minutes de pose et un jet d’eau plus tard et les poils ont disparu. Indolore et rapide, la crème dépilatoire, idéale pour les jambes, les aisselles et le maillot, a cependant deux inconvénients : la repousse est rapide et sa composition chimique peut provoquer des allergies sur les peaux les plus sensibles.

L’épilateur électrique

High tech, cet appareil fonctionne comme plusieurs pinces à épiler qui arrachent simultanément les poils, un à un à la racine. Par conséquent, le poil repousse plus fin et devient moins visible au fil des années. Rapide et efficace, l’épilateur peut toutefois provoquer l’apparition de petits boutons sous-cutanés dûs à la repousse. On préfère l’appliquer sur les jambes. Sur zones sensibles comme les aisselles ou le maillot, il peut être douleureux ! Les plus douillettes sont prévenues.

La pince à épiler

Avis aux maniaques les plus coriaces ! Armez-vous de votre pince à épiler (pince à épiler, Chella) et faites la guerre au moindre poil. On vous félicite pour votre motivation. Cette méthode, certes ultra efficace, nécessite une grande patience et beaucoup de temps. Mais elle présente un avantage de poids : en éliminant le poil à la racine, elle permet une repousse lente. Mais elle demeure adaptée à des petites zones (le visage plutôt que les jambes !)

L’épilation au fil

Aussi appelée épilation indienne, cette technique est proposée dans certains instituts pour l’épilation des sourcils, du menton ou du visage. Le concept ? Grâce à des fils de coton tendus, l’expert arrache les poils. Le résultat est bluffant, longue durée, sans douleur ni irritation et reste naturel !

L’épilation dite “définitive”

Pour celles qui ne supportent pas le poil, trois techniques radicales s’offrent à vous.
L’épilation électrique qui détruit le bulbe du poil à l’aide d’une petite aiguille munie d’une électrode. Si cette technique est radicale, elle prend beaucoup de temps, la décharge se fait bulbe par bulbe. La dermatologue ne peut donc agir que sur de petites zones à chaque séance. Attention aussi aux risques de cicatrices.
Autre technique d’épilation définitive : l’épilation à la lumière pulsée ou photothermolyse. La lumière pulsée va induire une chaleur, jusqu’à 70°C, qui va être absorbée par le poil et le détruire à la racine. Il existe aussi l’épilation au laser : en émettant une onde lumineuse (et non pas un spectre d’ondes lumineuses comme la lumière pulsée), elle va détecter le poil et détruire le bulbe sur lequel il est accroché. Ces deux méthodes ont la cote car elles assurent une destruction du poil très longue durée. Toutefois, elles sont plus efficaces sur les poils bruns et foncés. En effet, les poils clairs ou fins comme du duvet, peu chargés en mélanine, n’absorbent pas les rayonnements. Si vous avez la peau claire et des poils foncés, le profil idéal, le laser « Alexandrite » sera le plus adapté. Si vous avez la peau foncée, l’épilation au laser sera tout à fait possible avec le laser dit “YAG”, mais elle sera un peu moins efficace et nécessitera plus de séances. Comme l’épilation électrique, ces méthodes nécessitent de la patience : peu de poils sont éliminés à chaque séance, qu’il faut espacer entre 6 semaines minimum et 12 semaines maximum. À noter également, l’épilation au laser ne pourra pas être utilisée chez les personnes enceintes, diabétiques, tatouées ou ayant des cicatrices sur les zones à épiler.