Vous êtes ici : Cheveux > Cheveux colorés

5 questions à se poser avant de devenir blonde

On parle de “bleached blonde hair” : une coloration très claire, quasi blanche, qui est passée des têtes de mannequins à celles des stars pour se retrouver aussi sur les nôtres. Qu’on hésite entre un blond bébé, platine ou cendré, voici les 5 questions à se poser avant de prendre rendez-vous chez le coloriste et de passer à l’acte.

Certaines s’y sont cassé les dents. D’autres le maîtrisent de longue date. Le blond clair est une tendance qui perdure et crée l’envie. Conseillés par celles qui ont sauté le pas et par le coiffeur studio Richard Delassus, nous avons listé 5 questions à se poser avant d’éclaircir sa crinière.

1. Est-ce que cela ne va pas trop abîmer mes cheveux ?
A priori, si. Se teindre en blond c’est transformer la texture du cheveu, ouvrir les écailles, enlever des éléments du cheveu pour pouvoir ensuite apposer une nouvelle couleur. Rares sont les chevelures qui s’en sortent indemnes. Mais ce n’est pas impossible, l’état de la fibre capillaire dépendant de beaucoup d’éléments dont l’équilibre nutritif.
On peut dire que les cheveux de types asiatiques sont les plus difficiles à décolorer (pas seulement parce qu’ils sont très sombres, mais parce qu’ils sont plus larges, plus épais), ce type de cheveux pâtira alors le plus d’une coloration.
Ajoutons que les colorations végétales si on veut un blond très clair, ne sont pas suffisamment puissantes.

2. Suis-je prête à une nouvelle routine de soins cheveux, version lourde ?
Après la coloration, le cheveu est sensibilisé, il faut prendre soin de lui. Concrètement, il vous faudra utiliser un conditioner comme le Protect & Conditionner de Beauty Protector après chaque shampooing et faire un masque tel que le masque nourrissant d’Amika au moins une fois par semaine.

L’avis de Birchbox :
Les soins KEVIN.MURPHY, notamment le soin Born.Again Treatment de KEVIN.MURPHY font de petits miracles sur les cheveux malmenés. Alternative « recette de grand-mère », si on n’est pas trop dérangé par l’odeur : l’huile d’olive a fait ses preuves. On s’en empreigne la chevelure et on la recouvre de film cellophane pendant toute une nuit ou de papier aluminium, votre sex-appeal vous dira merci.

3. Au fait, j’ai le budget ?
Question à ne pas négliger. Le prix d’une teinture blonde varie en fonction de la nature du cheveu, de sa longueur, des produits utilisés par votre coiffeur.
Si vous voulez confier vos cheveux à des experts en coloration, il faudra prévoir un budget de 150-200€. Résultat assuré. Vous trouverez de très bons coloristes plus accessibles : 80-90€ minimum.
Ça, c’est dans un premier temps. Ensuite, il y a les retouches. Le cheveux repoussent en moyenne d’1 à 2 cm par mois, il est nécessaire de retourner chez son coiffeur tous les 2 mois environ (plus le blond sera clair, plus les racines sombres auront un potentiel effet négligé).

4. Au fait, je veux quel blond ?
Blond cendré, blond blanc (bleached), platine, blond vénitien… Réfléchissez bien à ce que vous voulez, à ce qui ira avec votre carnation, avec les couleurs que vous portez (si vous comptez en plus changer de garde-robe, cela pèse tout de même lourd sur le budget). À chacune d’ajuster son style mais le blond clair n’a pas un effet bonne mine sur les peaux pâles. Pourquoi ne pas tester l’application Hair Color Booth qui simule une couleur de cheveux à partir d’une photo de vous ?

5. Blonde ? Et après ?
Lorsqu’on est toute excitée à l’idée de passer au blond platine, on ne pense pas forcément au moment où on se lassera. Comment retrouver sa couleur naturelle ? Ça ne se fait pas en un claquement de doigts.
Deux solutions. 1 : retourner chez le coiffeur et demander une coloration de la teinte la plus proche de votre teinte naturelle, en attendant la repousse.
2 : Supporter vos racines pendant un temps jusqu’à opter pour une coupe à la garçonne.
Remarque subsidiaire après toute cette contextualisation : ne vous posez pas trop de questions, sinon vous ne passerez jamais la porte d’un coloriste !

Richard Delassus conseille les soins Christophe Robin, spécialiste en colorations, qui propose du haut de gamme sur ces problématiques.